crowdfunding

Les #investissements des « business angels » s’essoufflent en France

Les investissements « business angels » s'essoufflent France

Le recul a atteint 13 % l’an dernier. La communauté d’investisseurs aurait rétréci.

Les investisseurs individuels seraient-ils en train de fuir les start-up françaises ? Selon le Fibamy (French Internet Business Angel Money Yardstick), un indicateur mis en place par le fonds français Isai, l’investissement des « business angels » dans le secteur Internet a baissé de 13 % en 2014. Et le deuxième semestre a été particulièrement alarmant : le montant total levé par les start-up auprès des « business angels » a chuté de 24 % sur les six derniers mois de l’année, comparé au deuxième semestre 2013. Le niveau global d’investissement des « business angels », décisifs dans le financement des start-up car ils interviennent surtout lors des premiers financements, est ainsi revenu à celui de 2011-2012, après une embellie en 2013. Au total, l’indicateur a recensé plus de 26 millions d’euros investis par les « business angels » l’an dernier, un chiffre toutefois non exhaustif, les mouvements non significatifs n’étant pas comptabilisés.

Trop de complexité

« La communauté des « business angels » ne grossit pas, elle a tendance à se concentrer sur quelques entrepreneurs qui ont réussi et qui réinvestissent, alors que les autres investisseurs individuels ont peut-être eu tendance à se redéployer vers les secteurs traditionnels, les sociétés Internet ayant connu des fortunes diverses entre 2010 et 2012 », note Jean-David Chamboredon, directeur général d’Isai, qui pointe également « un agenda politique incohérent ». « Le gouvernement a envoyé des signes contradictoires, et l’on peut constater que le quatrième trimestre, nettement meilleur, correspond aussi au départ d’Arnaud Montebourg. »

Celui qui avait mené la fronde des « pigeons » demande une simplification de l’investissement personnel, ainsi qu’une grande réforme de l’ISF, dont la complexité expliquerait en partie, selon lui, les différences observées entre les « business angels » français et leurs homologues anglo-saxons. Le secteur serait en effet 25 fois plus gros aux Etats-Unis qu’en France et dix fois plus au Royaume-Uni, pour un PIB à peu près équivalent. Autre phénomène qui a pu jouer sur la taille de la communauté des « business angels » : le départ d’entrepreneurs et d’investisseurs à l’étranger. « Cela concerne peut-être quelques dizaines de personnes, mais sur une aussi petite communauté, la différence se voit très vite », explique Jean-David Chamboredon, qui affirme néanmoins que les départs se sont tassés depuis 2013.

Et le « crowdfunding » ?

Enfin, l’apport des plates-formes de financement participatif de type « equity crowdfunding », comme Wiseed ou Smartangels, est encore faible. Selon le Fibamy, ces plates-formes sont impliquées dans moins de 10 % des opérations en France. Logique, puisque les décrets d’application n’ont été publiés qu’en octobre. Mais le secteur s’attend à ce que le « crowdfunding » prenne une part significative à l’avenir.

Nicolas Rauline, Les Echos

Le #mécénat participatif, une nouvelle forme de citoyenneté ?

PAR THÉRÈSE LEMARCHAND, ASSOCIÉE FONDATRICE DE CULTURE TIME

Le financement participatif, comment cela fonctionne-t-il ?

Le « crowdfunding », ou financement participatif, est une participation financière collective d’individus qui rassemblent leurs ressources pour soutenir les initiatives d’autres personnes physiques ou morales.

Source : www.democratiemiseajour.fr

More

#Crowdfunding : quand #universités et #écoles font appel à tous

Le financement participatif n’est pas réservé aux étudiants et au financement d’études. Les écoles et universités peuvent s’en servir pour financer à la marge des projets courts. À condition de choisir la bonne formule et de communiquer beaucoup.

Source EducPro

A combien peut-on évaluer les montants levés par les écoles et les universités par la voie du financement participatif (crowdfunding) ? « 100.000 euros ? Peut-être 200.000 ? », estime Max Anghilante, président de l’Iffres (Institut français des fondations de recherche et de l’enseignement supérieur) et initiateur de la plateforme de financement participatif DaVinciCrowd. Quelle que soit la réponse, les sommes paraissent bien dérisoires par rapport aux quelque 200 millions d’euros donnés par les entreprises aux établissements en 2014 sous forme de mécénat ; dérisoires également par rapport aux centaines de milliers d’euros que lèvent les (rares) projets à succès sur les plateformes de crowdfunding grand public telles que KissKissBankBank ou MyMajorCompany. More

Avertissement sur les risques fiscaux des dons via le #crowdfunding

Avertissement sur les risques fiscaux liés à un don manuel à un organisme qui n’est pas d’intérêt général. 

Ce don est susceptible d’être taxé à hauteur de 60%!

La réglementation du crowdfunding intervenue en septembre 2014 a arrêté les conditions et les principales obligations des acteurs du financement participatif en matière d’investissement et de prêts. Aucune balise n’a été posée pour les plateformes de don avec ou sans contreparties. Pourtant la question mérite d’être soulevée notamment sous son aspect fiscal. A y regarder de près, certains risques fiscaux existent et touchent aussi bien le bienfaiteur que le bénéficiaire.

Les conditions d’exonération More

Formation FondaDev – Choisir, parmi les fondations, la structure juridique qui portera votre stratégie de partenariat et de mécénat – PARIS 23/04/15

logonb

FondaDev vous convie à ses formations.

23 avril 2015              9H00-12H45              à Paris

En dix ans le panorama des fondations et la réglementation juridique et fiscale du mécénat ont connu une véritable révolution.

Sous l’impulsion de l’Etat, nous sommes passés de 3 à 8 types de fondations dédiées à la recherche & l’enseignement supérieur. Aux fondations RUP, fondations abritées et fondations d’entreprise, se sont ajoutées les fondations RUP de recherche, les fondations de coopération scientifique (FCS), les fondations universitaires et partenariales, les fonds de dotation et enfin les fondations hospitalières.

Pendant cette période, les fondations de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche ont été multipliées par 4, passant de 250 à 1.000.

Partagez l’expérience de Max Anghilante qui a créé et accompagné la création et le lancement opérationnel de plus de trente fondations dans les domaines de l’enseignement supérieur, de la recherche, de l’innovation et du développement territorial.

 

Objectif : Savoir choisir la structure qui correspond à votre projet, à votre stratégie et aux ressources que vous pourrez mobiliser. Réalisme et pragmatisme sont de rigueur.

 

Notre programme :

 

  • Place du mécénat et des fondations dans  la recherche et  l’enseignement supérieur ;
  • Aspects juridiques et fiscaux du mécénat et du fundraising ;
  • Revue juridique et fiscale des différents types de fondations ;
  • Comment choisir la structure adaptée à votre projet.

 

Temps d’échange avec les participants.

 

 Photo Max Anghilante nov 2012

Max Anghilante, associé fondateur de Fondadev, Président de l’IFFRES, initiateur de la plateforme de crowdfunding DaVinciCrowd.

Expert en mécénat et en création et management opérationnel de fondations de la recherche, l’enseignement supérieur et la santé.

 

Public concerné 1 : Fondations, associations, établissements publics ou privés de la recherche et de l’enseignement supérieur -  Tous dirigeants et managers, responsables juridiques et administratifs, responsables des relations entreprises, responsables du mécénat, du fundraising, responsables de la recherche, chercheurs…

 

Public concerné 2 : Entreprises – Responsables juridiques, fiscaux et financiers, responsables RSE,  responsables du mécénat, des partenariats de recherche, des relations avec les institutions, associations et fondations ( de la recherche et de l’enseignement supérieur et d’autres secteurs…) les responsables de  la politique développement durable de l’entreprise, les directeurs marketing et communication, les conseils de l’entreprise, avocats et experts-comptables… Tous dirigeants et managers

 

Public concerné 3 : Acteurs du développement territorial – Régions, Conseil Généraux, Communes, institutions en régie d’une collectivité, musées… CCI, Pôles de Compétitivité, incubateurs, SATT…

 

Tarif inscription :

Tous publics 270 € HT – Petites associations 170 € HT – Consultants & Agences 380 € HT

Réductions pour multi-inscription, étudiants et chercheur d’emploi et Membres IFFRES

 

Inscriptions et renseignements : contacter@fondadev.com

 

Télécharger votre bulletin d’inscription ICI: FondaDev CSMF Bulletin inscription formation FondaDev Paris avril 2015

 

CSMF est un organisme de formation enregistré sous le numéro de déclaration d’activité : 31 59 07914 59 Préfecture de la région Nord-Pas-de-Calais

Les formations peuvent être prises en charge par votre OPCA (Organisme Paritaire Collecteur Agréé type FAFIEC, AGEFOS, AFDAS, OPCALIA…).

Nos formations sont éligibles à la formation professionnelle et déductible du 1% formation.

Vous pouvez aussi l’utiliser dans le cadre de votre Droit Individuel à la Formation (DIF) remplacé par le CPF (Compte Per­sonnel de Formation). Pour créer votre compte, RDV sur www.moncompteformation.gouv.fr

Vous pouvez demander une Aide Individuelle à la Formation à Pôle Emploi si vous êtes demandeur d’emploi.

Lien vers la formation: FondaDev_Formation_23_avril_2015_Structure_strat